Fyre Festival, un cas d’école

Idée de l’entrepreneur Billy McFarland en collaboration avec l’artiste rappeur Ja Rule, le Fyre Festival est un évènement musical que l’entrepreneur avait envisagé pour vulgariser sa startup : la société Fyre. A travers son application Fyreapp, il était attendu de cette dernière, qu’elle puisse faciliter les bookings, les négociations, et le paiement des célébrités.

Une couverture médiatique mondiale

En 2017, McFarland et Ja Rule, nourrissent le projet d’un événement démesuré dans un cadre offrant un confort et un luxe absolu. Pour ce faire, ils louent Norman’s Cay, petite île bahamienne des Exumas avec la garantie d’éviter de mentionner son ancienne appartenance au tristement célèbre Pablo Escobar. Des spots publicitaires sont réalisés pour la campagne du festival, mettant en scène des Top models en virée sur des yachts dans le cadre supposé d’accueil.

Les instigateurs misent aussi sur le potentiel des réseaux sociaux : des influenceurs tels que Kendall Jenner et Chanel Iman sont engagées pour promouvoir le festival ; avec un auditorat combiné de plus de 150 millions de followers sur Instagram, ils rendent l’évènement viral. Cette forte médiatisation du projet a permis la vente complète en 48h de tickets d’entrée d’une valeur comprise entre 450 et 250.000 dollars avec la promesse sous entendue de villa de luxe, d’une sécurité bien ficelée, de stands de vente branchés, d’un séjour glamour pour les participants.

Du rêve au fiasco

Devant se tenir du 28 au 30 Avril 2017 et du 5 au 7 Mai 2017, le Fyre festival s’avère être un fiasco général. En effet dès les premiers pas de son organisation, l’entrepreneur viole les termes du contrat de location de l’île lorsqu’il mentionne sur les réseaux sociaux que Norman’s Cay avait auparavant été la propriété d’Escobar. La conséquence directe de cette violation étant une rupture du contrat de location par les propriétaires et la nécessité de devoir trouver un nouveau lieu d’accueil.

Le cadre paradisiaque tant attendu se révèle alors être un vaste terrain vague ; les villas luxueuses sont des tentes de la FEMA et les repas sont des rations de sandwichs. Le personnel communique peu avec des participants désemparés et l’une des têtes d’affiche est annulée. Les employés affirment plus tard n’avoir pas été payés. Le Fyre festival se révèle être un fiasco généralisé, soldé par la condamnation de Billy McFarland à six ans de prison pour fraude.

Fyre Festival, un cas d’école

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut